Le signe des quatre – Le second volet des aventures de Sherlock Holmes

Pas de commentaire

D’aussi loin que je me souviens, j’ai toujours été bercé par l’univers de Sherlock Holmes. Combien même je n’avais jamais lu les œuvres d’Arthur Conan Doyle, j’ai toujours été une grande fan du personnage et de son univers. Déjà plus jeune, j’adorais, et j’adore toujours d’ailleurs, l’animé japonais « Détective Conan » qui y fait régulièrement référence et s’en inspire énormément.

Sherlock Holmes, c’est le genre de personnages que l’on connait sans avoir lu les romans de son auteur. J’ai toujours été fasciné par ses talents de déduction qui ont inspiré de nombreux personnages populaires tels que Hercule Poirot (Agatha Christie) , Monk, Docteur housse, Patrick Jane (Mentalist) et j’en passe.

C’est tout naturellement que je me suis entreprise d’enfin lire les œuvres d’Arthur Conan Doyle dont tout le monde semble s’inspirer. Ce choix, je vous l’avoue, m’a fortement été influencé par la série Sherlock qui est mes yeux, l’une de mes séries préférées de tous les temps.

J’ai donc commencé par « L’étude en rouge » que j’avais particulièrement aimée et comme je le pensais, j’ai été totalement conquise. Le talent d’Arthur Conan Doyle n’est plus à démontrer. À ma grande surprise, j’ai trouvé l’écriture plus simple à lire que je ne le croyais. Attention, ce n’est pas un reproche, au contraire, et cela ne veut pas dire qu’elle est adaptée à un jeune public. Seulement, pour un récit écrit au XIXe siècle, je m’attendais à plus complexe. J’ai donc été ravi de voir que l’écriture était à ma portée. Elle est d’ailleurs peut-être due à la traduction française, je ne sais pas, mais j’ai beaucoup apprécié cela.

sherlock-holmes-2

Venons-en au roman qui nous intéresse : « Le signe des quatre

« Une des plus fameuses aventures de Sherlock Holmes, publiée pour la première fois en 1889. (Ce texte fait référence à l’édition poche) ».

Résumé …

« Chaque année, la jeune Mary Morstan, dont le père, officier dans l’armée des Indes, a disparu depuis longtemps, reçoit par la poste une perle. Le jour où une lettre lui fixe un mystérieux rendez-vous, elle demande au célèbre Sherlock Holmes de l’accompagner…
Cependant que le bon Dr Watson est conquis par le charme de la jeune fille, nous nous enfonçons dans une des plus ténébreuses énigmes qui aient été offertes à la sagacité du détective. L’Inde des maharajahs, le fort d’Agra cerné par les Cipayes révoltés, le bagne des îles Andaman sont le décor de l’extraordinaire aventure que Holmes va reconstituer, et qui trouvera sa conclusion dans les brouil-lards de la Tamise…
Une des plus fameuses aventures de Sherlock Holmes, publiée pour la première fois en 1889. »

Ce résumé fait référence aux éditions j’ai lu

… Mon avis

L’histoire est indépendante de la première, mais il est préférable d’avoir déjà lu L’étude en rouge avant de commencer cette lecture, cela va de soi. Ça a été un réel plaisir de retrouver la vivacité de notre cher Sherlock ainsi que son acolyte, le bienveillant docteur Watson.

Je ne puis rien ajouter de plus que ce tout le monde sait déjà à propos du schéma narrative d’Arthur Conan Doyle. Il joue docilement avec l’implicite afin de dissimuler des indices nous permettant de suivre l’enquête avant que l’on ne s’écrase face à l’intrigue finale. Que ceux qui ont déjà prédit l’issue final se manifestent car il en est presque impossible. On est toujours surpris par les évènements et c’est ce que j’apprécie le plus dans les enquêtes policières.

Dans cette histoire, il n’est pas seulement question d’une enquête afin d’élucider un crime mais également d’une chasse au trésor.  Oui, oui, vous avez bien compris. Nos protagonistes vont partir à la recherche d’un trésor disparu. Cette quête va nous faire voyager jusqu’aux terres de l’Inde et nous faire découvrir une mystérieuse population méconnue au monde.

L’important n’est pas seulement de savoir qui est à blâmer mais plutôt « le pourquoi » et « le comment ». C’est la partie que j’aime le plus, lorsque le coupable est mis à jour et qu’il ne reste plus qu’à comprendre les faits. Comme toujours, nous avons toutes les réponses à nos questions à la fin de l’histoire et bougre que cela fait du bien de lire un roman qui a une vraie FIN.

Je pense que les romans d’Arthur Conan Doyle sur Sherlock Holmes sont des basiques à lire dans une vie. Bien évidemment, je trouve tout de même triste qu’il ne soit connu que pour ces œuvres et qu’il ne put pas se détacher de l’image de Sherlock Holmes.

N’hésitez pas à vous procurer l’édition complète incluent les nouvelles, en version ebook sur Amazon à un très bas prix. Le possède également l’édition complète des aventures d’Arsène Lupin de Maurice Leblanc dans cette même Édition. J’espère m’y mettre très prochainement.

Petite anecdote fichtrement inule pour vous, mais cet ebook a été mon tout premier acheté lorsque j’ai acquis ma première liseuse électronique, en 2013.

… Extrait …

« L’important avec les gens de cette espèce (…), c’est de ne jamais leur donner l’occasion de supposer que ce qu’ils vous racontent présente pour vous de l’importance. Autrement, ils se ferment instantanément comme une huitre ! Mais si, par contre, vous feignez de les écouter, pour ainsi dire, contre votre gré, vous avez des chances d’apprendre ce que vous désirez savoir ».

WB signature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s