OKJA de Boog Joon Ho

Pas de commentaire

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien ? Loin de moi l’envie de vous rappeler que les vacances touchent à leur fin, mais j’espère que vous en avez apprécié un maximum. Pour part, j’ai connu mieux étant donné que j’ai travaillé 1 mois et demi, ce que vous avez peut-être remarqué (ou pas) car cela m’a quelque peu éloigné de mon blog.

Néanmoins, je ne peux pas me passer très longtemps de l’envie d’écrire pour ce blog alors aujourd’hui je vous reviens pour vous parler d’un film que j’ai vu, il y a quelque temps et que j’ai adoré.

2017-08-20 (1)

Elle sait Oka, une super cochonne transgénique élevée dans la campagne de Corée du Sud par Mija et son grand-père. Alors oui, je vous l’accorde, elle a plus l’air d’un hippopotame croisé avec un cochon, mais il s’agit bien d’un cochon nouvel génération. Il a été créé par une multinationale familiale dirigée par une certaine Lucy Mirando dix ans auparavant grâce à l’unique cochon de cette race trouvé par hasard. Okja et Mija sont devenus très proches, à tel point qu’elles sont capables de se comprendre mutuellement. Seulement voilà, Okja est en danger, car, Lucy Mirando réclame son bien afin d’en faire un produit de la grande consommation et ainsi arrêter la fin dans le monde. Vous avez dit égocentrique ? C’est complètement ce qu’elle est, et folle à souhait si je puis me le permettre. C’était sans compter sur la détermination de Mija et d’un groupe de protecteur des animaux pour leur barrer la route coûte que coûte.

Un casting de rêve ?

2017-07-14

S’il y a bien un réalisateur coréen capable de réunir un tel panel d’acteur célèbre, c’est bien Boog Joon Ho qui a réalisé entre autres Snowpiercer, le Transpersneige (2013) et Mother (2009). Après avoir vu le casting, durant les premières minutes, je me suis demandé, « mais quand vais-je enfin voir Jake Gyllenhaal ? ». Je n’étais pas prête à ce qui m’attendait. Ce mec est un caméléon et un excellent acteur.  De plus, revoir Steven Yeun à l’écran est juste un pur bonheur pour moi. Oui oui, je ne m’en cache pas, je craque complètement pour cet acteur. Enfin bref, des acteurs célèbres et compétents ce n’est pas ce qui manque.  Mise à part cela, ce film vaut-il la peine d’être vu ? OUI, COMPLÈTEMENT !

L’impressionnant décalage entre l’élevage naturel et l’élevage industriel

2017-08-20 (6)

Dans ce film une poignée de cochons, dont OKJA ont été dispersée dans le monde afin de comparer les pays sélectionnés en fonction de leurs méthodes d’élevage. Le meilleur cochon reportera un prix qui se déroulera à New York où est placée l’entreprise Mirando. Il s’avère que Ojka sort du lot, par sa vigueur, d’autant plus qu’elle a seulement été élevée en liberté sans procédé en particulier si ce n’est l’amour et la complicité que lui ont apporté Mija et son grand-père. Au début, du film, nous pouvons d’ailleurs profiter du magnifique paysage de la campagne coréenne. Moi qui suis fan de la culture coréenne, je peux vous dire que je n’imaginais pas un tel endroit en Corée : des montagnes et des plantes verdoyantes à perte de vue, ce fut un régal pour mes yeux. Effectivement, je prends limite conscience qu’il n’y a pas que Séoul d’intéressant dans ce pays. Cette ambiance si chaleureuse de la Corée contraste avec les usines d’élevage new-yorkaise où Okja est supposée aller : plus sombre, plus hostile et beaucoup BEAUCOUP moins chaleureux. En effet, les tons utilisés pour représenter la Corée sont plus vibrantes tandis que ceux utilisés pour représenter New-York sont beaucoup plus ternes.

2017-08-20 (18)

Mija, une force de la nature

Si Okja est au centre du film, le personnage de Mija est également celui qui a le plus retenu mon attention. Elle m’a énormément impressionné, je l’ai trouvée tout simplement admirable. À aucun moment, elle n’a baissé les bras et, pourtant, elle s’est retrouvée dans des situations qui auraient pu lui coûter la vie à plusieurs reprises. Qui serait prêt à faire, cela pour un animal de nos jours ? Elle a même réussi à me faire pleurer par moments. En même temps, avec moi ce n’est pas compliqué, j’ai la larme facile. La jeune actrice quant à elle, a très bien joué son rôle et m’a plutôt conquise, bien qu’elle semblait parfois un peu limitée dans ses expressions.

2017-08-20 (15)

Pour l’aider dans sa quête, des membres du front de libération des animaux vont l’aider à protéger Ojka. Je l’avoue, ce groupe correspond à l’image que se font les gens sur les militants pour la cause animale. Ils réagissent parfois de façon assez étrange et disproportionnée, en particulier leurs chefs mais cela ne change pas le fait que ce sont des passionnés, qui défendent une cause qui leur tient à cœur. Malheureusement, sans le vouloir, ils ont condamné Okja à vivre un enfer car nul ne s’attendait à ce qui lui arriverait, bien pire que ce qu’ils imaginaient. Ceci est loin de l’élevage écologique dont l’usine Mirando est soi-disant partisane. Certaines parties m’ont d’ailleurs brisé le cœur. Bien que ces animaux soient fictifs, d’ailleurs ils étaient très bien réalisés, on ne peut que s’émouvoir face à certaines scènes choquantes.

La polémique

Bien que les avis soient plutôt positifs, ce film n’a pas eu le meilleur des démarrages. Présentés à l’occasion du festival de Cannes, de nombreux spectateurs ont trouvé inadmissible le fait que le film de ne sois pas sorti en salle, mais qu’il ne soit seulement disponible sur la plateforme de Netflix. Sans compter les problèmes techniques lors de sa diffusion. Pas de bol.  Je trouve moi-même dommage qu’il ne soit pas sorti en salles, car j’aurais aimé qu’un plus grand nombre de personnes puissent le voir et pourquoi pas qu’ils se rendent compte de la cruauté humaine envers les animaux.

… En conclusions …

038315.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Par le biais de son film, Boog Joon Ho, dénonce ce qui pourrait le mieux correspondre à l’élevage du futur bien que certaines pratiques soient déjà implantées dans les meurs actuelles. Il nous dépeint l’horreur des industries agroalimentaires modernes et je peux vous dire que ça fait froid dans le dos. Il nous rappelle, par ailleurs, que les animaux éprouvent également des sentiments, qu’ils sont dotés d’intelligences et qu’ils ne méritent pas d’être traité de la sorte seulement pour en faire des produits comestibles. Ce film m’a énormément touché et moi qui ne suis pas insensible à la cause animale, il fait dorénavant parti de mes films favoris. En, bref, je vous le recommande, car il peut vous faire prendre conscience du monde auquel nous vivons actuellement.

Si le cinéma coréen vous intéresse, je vous recommande « Dernier train pour Busan »de Yeon Sang Ho sorti l’année dernière et que j’avais beaucoup aimée.

093948.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Merci d’avoir pris le temps de lire cette chronique jusqu’au bout et à très bientôt sur Welcome Buddies

WB signature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s